Paradoxe à l'argentine

Publié le par sab

On est pas des mules, on est au courant (plus ou moins) qu'il se passe à travers le monde des choses qui vont complètement à l'encontre de la plus simple logique, et qui devraient être tout simplement révoltantes. Mais des moutons, peut-être.
Voilà ce qu'il se passe sur les côtes du sud de l'Argentine :

Le vamos a contar algo muy llamativo que está sucediendo en Argentina desde hace varios años... En el final de este comentario introductorio, daremos a conocer una cifra que se desprende de esta historia que a más de uno va a dejar helado... Se trata de un tema poco difundido en los medios masivos.


En realidad, es más probable que aparezca en el National Geographic que en nuestra TV abierta... Sin embargo, insistimos, al final, llegaremos a un número que nos dejará atónitos.

Por estos días, la prensa argentina e internacional se ocupa extensamente de lo que está ocurriendo en Punta Tombo, Chubut, donde miles y miles de pingüinos llegan hasta esas playas cercanas a la Península de Valdez...
Los llamados pájaros bobos son la atracción para visitantes argentinos y extranjeros...
De todas formas, desde hace ya varias temporadas a estas pequeñas criaturas de 50 cm de alto les surgió una 'competencia' que está alterando el mapa de las aves patagónicas...
Los albatros y las gaviotas se han multiplicado de tal forma en esa geografía nacional que algunos biólogos del CENPAT (Centro de Estudios del Medio Ambiente Patagónico) están estudiando de dónde proviene semejante cantidad de ejemplares alados...
A lo largo de todo el gigantesco golfo San Jorge y en localidades pesqueras aledañas de Chubut y Santa Cruz, los habitantes del lugar ven el cielo oscurecerse cuando las bandadas terminan literalmente tapando al astro rey....
¿De dónde salieron?
¿Por qué son tantos?, se preguntan... Usted, con razón, también se puede preguntar: ¿y esto que tiene que ver con nuestra realidad? Ya llegamos, esté atento a la cifra que le vamos a revelar...
Estos gigantes del aire despegan hacia el mar en busca de comida... Los científicos dicen que cada día encuentran más comida, por eso se reproducen tanto, por eso son cien veces más que en los cercanos años noventa... cien veces más.
Resulta que tanto los albatros como las gaviotas encuentran cientos de toneladas de peces muertos muy cerca de la costa.. ¿Es la contaminación?

¿Es un fenómeno natural? No, es simplemente Argentina...

El secretario de agricultura, ganadería y pesca de la Nación , tuvo una desastrosa idea: retirar los inspectores que iban a bordo de los pesqueros y los fresqueros que buscaban langostinos, cambiándolos por meros 'observadores', con un casi nulo poder de policía...
Este hecho coincidió casualmente (o no tanto) con otras dos situaciones desgraciadas...
1. La Comunidad Económica Europea expulsó de sus mares a los
buques congeladores que eran altamente depredadores... Ante la imposibilidad de trabajar en el viejo continente, las grandes empresas españolas emigraron hacia Argentina, donde la depredación es una palabra desconocida, casi sin uso.
2. Las autoridades provinciales de Santa Cruz y Chubut en los noventa completaron el círculo permitiendo a las naves factorías foráneas a tirar (sí, a tirar por la borda) aquel pescado que no les conviniera...
Desde entonces, los buques que buscan langostinos sólo se interesan por esta especie, que cuesta en el mercado internacional 18 dólares el kilo Escuchó bien, casi 60 pesos el kilo...
Por ello, arrojan al mar la merluza, el cazón, el abadejo, las rayas y hasta el salmón que caen en sus redes.
Como la merluza es un predador del langostino, ejemplares de muchísimo kilaje quedan atrapados, son llevados a la cubierta y luego arrojados al mar...
Como estos peces viven a 80 o 90 metros bajo la superficie, una vez subidos al barco mueren por una normal diferencia de presión...
Aunque sean devueltos al océano, ya están muertos. ¿Quién se los come?
Acertó...los albatros y las gaviotas....
¿Sabe cuántas toneladas de merluza tira al mar cada uno de estos barcos de 40 o 50 metros de eslora? 10 toneladas diarias... 10.000 kilos... Siga sumando con nosotros...
10.000 kilos por día, sólo de merluza (no estamos contando centolla, ni abadejo, ni cazón, ni salmón, ni nada de eso) hay que multiplicarlos por la cantidad de barcos que salen a buscar langostinos...
¿Sabe cuántos son, cada día, sólo en esa zona? Nunca menos de cien... Multiplique, cien barcos, que tiran diez mil kilos de merluza, son un millón de kilos de pescado arrojados al mar cada vez que sale el sol....
¿Sabe cuántos argentinos podrían comer estos manjares gratis cada día? Un millón de compatriotas, que dejarían de tener hambre, porque un kilo de excelente pescado es un regalo de los dioses...
¿Sabe cuál es el país que tiene la mejor educación y la tecnología más avanzada del mundo? ¿Sabe cuál es la base de la comida nipona? No es el arroz, como nos hacen creer....es el pescado.
¿Hace falta detallar las virtudes que les traería a nuestros chicos alimentar sus cerebros con fósforo de nuestros mejores ejemplares marinos?
Estos números que causan vergüenza fueron denunciados una y otra vez por los marineros no nucleados en el SOMU, el sindicato que dirige el impresentable 'Caballo' Suárez, ese irresponsable titular del gremio marino que se emborrachó en medio de una gira de Cristina Kirchner por Europa, generando un escándalo que motivó que lo sacaran de la delegación...
La oposición a Suárez les ha implorado a los empresarios, a los gobernadores patagónicos y a las autoridades nacionales, que terminen con esta depredación del recurso y que alimenten a la gente pobre, que también existe en el sur de nuestro país.
¿Saben cuál fue la respuesta de los dueños de las pesqueras españolas?
Tratan de no contratar personal de a bordo argentino, optando por peruanos y bolivianos que no se quejan de la depredación, porque, total, la plataforma continental no la sienten como propia.
¿Saben qué contestan los políticos argentinos? Les bajan los impuestos a las ganancias para que ganen más y no sigan protestando.
Hace pocas semanas, los marineros opositores se rebelaron y quemaron varias plantas de procesamiento en Puerto Deseado.
Uno de los pedidos, además del salarial, era que dejen de tirar pescados muertos al mar.
Los científicos extranjeros que analizan la multiplicación de gaviotas y albatros señalan con resignación: 'La causa de semejante mutación en la población de aves no es otra que la enorme riqueza de los argentinos, casi tan grande como su propia estupidez.

Por Alicia Jardel
Profesora
Colaboradora de Investig'Action Bélgica


Comme je sais que vous avez oublié vos cours d'espagnol du collège... je vous l'ai traduit (si c'est pas gentil ça, hein ?) :

Nous allons vous raconter un phénomène très frappant qui se passe en Argentine depuis plusieurs années... A la fin de ce commentaire d'introduction, nous vous donnerons un chiffre qui ressort de cette histoire et qui va en laisser plus d'un abasourdi... Il s'agit d'un sujet peu diffusé dans les mass media.

En réalité, il est plus probable qu'il apparaisse dans National Geographic que dans notre télé publique... Pourtant, nous insistons, nous arriverons à un chiffre qui vous laissera sans voix.

En ce moment, la presse argentine et internationale s'occupe extensivement de ce qui se passe à Punta Tombo, Chubut, où des milliers et milliers de pingouins arrivent sur ces plages proches de la péninsule de Valdez.

Lesdits innocents oiseaux sont l'attraction pour les visiteurs argentins et étrangers.

De toutes façons, depuis déjà plusieurs saisons ces petites créatures de 50 cm de haut ont une « concurrence » qui est en train d'altérer la carte des oiseaux patagoniques.

Les albatros et les mouettes se multiplient de telle manière que dans cette région de notre pays certains biologistes du CENPAT (Centro de Estudios del Medio Ambiente Patagónico - Centre d'Etudes de l'Environnement Patagonique) étudient d'où peut venir une telle quantité d'individus ailés...Tout au long du gigantesque golfe San Jorge et dans les localités de pêche environnantes du Chubut et de Santa Cruz, les habitants des lieux voient le ciel s'obscurcir quand les nuées cachent littéralement l'astre roi.

D'où sortent-ils ?

Pourquoi autant ? se demandent-ils. Vous, et vous avez raison, vous demandez aussi : et qu'est-ce que ça a à voir avec notre réalité ?

Ces géants des airs décollent vers la mer à la recherche de nourriture. Les scientifiques disent que chaque jour ils trouvent plus de nourriture, c'est pour cela qu'ils se reproduisent autant, et pour cela qu'ils sont cent fois plus que dans les années 90... cent fois plus.

Il se trouve qu'autant les albatros que les mouettes trouvent des centaines de tonnes de poissons morts près de la côte...

C'est la pollution ? C'est un phénomène naturel ? Non, c'est simplement l'Argentine.


Le secrétaire à l'agriculture, à l'élevage et à la pêche de la Nation a eu une idée désastreuse : retirer les inspecteurs qui embarquaient à bord des bateaux de pêche et bateaux de transport à froid qui recherchaient les crevettes, en les remplaçant par de simples 'observateurs' avec presque aucun pouvoir de police.

Ce fait a étrangement (ou pas) coïncidé avec deux autres situations malencontreuses :

  1. La communauté européenne a expulsé de ses mers les bateaux de congélation qui étaient hautement prédateurs. Devant l'impossibilité de travailler sur le vieux continent, les grandes entreprises espagnoles ont émigré vers l'Argentine, où la prédation est un mot inconnu, quasi inutilisé.
  2. Les autorités provinciales de Santa Cruz et du Chubut dans les années 90 ont bouclé la boucle en permettant aux bateaux-usines étrangers de rejeter (oui, rejeter par-dessus bord) le poisson qui ne leur convenait pas.


Depuis lors, les bateaux qui cherchent les crevettes s'intéressent seulement à cette espèce, qui coûte sur le marché international 18 dollars / kg. Vous avez bien lu, presque 60 pesos / kg.

Pour cela, ils rejettent à la mer le merlu, le chien de mer, la morue, les raies et même le saumon qui entrent dans leurs filets.

Comme le merlu est un prédateur de la crevette, des individus de plusieurs kilos restent attrapés, sont relevés sur le pont puis rejetés à la mer.

Comme ces poissons vivent entre 80 et 90 m sous la surface, une fois remontés sur le bateau ils meurent à cause d'une naturelle différence de pression.

Bien qu'ils soient rejetés à la mer, ils sont déjà morts. Qui les mange ?

Vous avez raison... les albatros et les mouettes.

Vous savez combien de tonnes de merlu rejette à la mer chacun de ces bateaux de 40 ou 50 m de long ? 10 tonnes par jour. 10.000 kilos. Continuons d'additionner.

10.000 kg par jour, seulement de merlu (on ne compte pas les araignées de mer, le chien de mer, la morue, le saumon.. rien de tout ça), qu'il faut multiplier par le nombre de bateaux qui sortent pêcher les crevettes.

Vous savez combien ils sont, chaque jour, dans cette zone ? Jamais moins de cent. Multipliez, cent bateaux, qui rejettent dix mille kilos de merlu, ce sont des millions de kilos de poisson rejetés à la mer chaque fois que se lève le soleil.

Vous savez combien d'Argentins pourraient manger gratuitement chaque jour ? Un million de compatriotes, qui ne souffriraient plus de la faim, parce qu'un kilo d'un excellent poisson c'est un cadeau des dieux.

Vous savez quel est le pays qui a la meilleure éducation et la technologie la plus avancée du monde ?

Vous savez quelle est la base de l'alimentation nippone ? Ce n'est pas le riz, comme on pourrait le croire... c'est le poisson.

Faut-il détailler les bénéfices qu'apporterait à nos enfants d'alimenter leurs cerveaux avec du phosphore de nos meilleurs produits marins ?

Ces chiffres qui donnent honte ont été dénoncés encore et encore par les marins qui n'appartiennent pas au SOMU, le syndicat que dirige l'incontournable 'Caballo' Suárez, cet irresponsable titulaire du syndicat marin qui s'est soûlé pendant une campagne de Cristina Kirchner en Europe, produisant un scandale qui a conduit à l'expulser de la délégation.

L'opposition à Suárez a imploré les entrepreneurs, les gouverneurs patagoniques et les autorités nationales de mettre fin à cette prédation des ressources et qu'on alimente les gens pauvres, qui existent aussi dans le sud de notre pays.

Savez-vous quelle a été la réponse des propriétaires des pêcheries espagnoles ?

Ils essaient de ne pas employer de personnel de bord argentin, préférant les Péruviens et Boliviens qui ne se plaignent pas de la prédation, parce que, au final, ils ne sentent pas que la plate-forme continentale les concerne et leur appartienne aussi.

Savez-vous ce que répondent les politiques argentins ?

Ils réduisent les impôts sur les revenus pour qu'ils gagnent plus et ne protestent plus.

Il y a quelques semaines, les marins opposants se sont rebellé et ont brûlé plusieurs usines de traitement à Puerto Deseado. L'une de leurs requêtes, au-delà des salaires, était qu'on arrête de rejeter des poissons morts à la mer.

Les scientifiques étrangers qui analysent la multiplication des mouettes et albatros signalent avec résignation : « La cause d'une pareille mutation dans la population d'oiseaux n'est rien d'autre que l'énorme richesse des Argentins, presque aussi grande que leur propre stupidité. »



Por Alicia Jardel

Professeur

Collaboratrice de  Investig'Action Bélgica


Publié dans l'environ ne ment

Commenter cet article

DEXTER5 08/04/2009 19:22

C'est incroyable comme histoire!!!Foutre des poissons à la mer pour nourrir des mouettes alors ques humains crêvent de faim!!!Je n'ai rien contre les mouettes...mais quand même!!Pour les "vrais" marins cela doit quand même leur faire mal au coeur un tel gachis des ressources!!le monde est vilain,vilain,vilain...même en Amérique du sud!!!

DEXTER5 02/04/2009 19:24

Tu t'es fait suer à le traduire dis donc!!!Je reviendrais le lire..

sab 29/03/2009 19:07

Ayé, c'est traduit !!!

DEXTER5 06/03/2009 14:17

Là NO COMPRENDO donc je vais pas faire le malin!!

sab 07/03/2009 01:27



Oh oui, pardon, là c'est ma flemmardise qui a encore frappé, et j'ai pas traduit l'article... promis je le fais très
bientôt....!