Idées / recettes / astuces écolo : mon jardin

Publié le par sab

J'aime bien mon environnement. Si, si. Mon jardin, ma maison, ma planète.
  • Je plante plein d'arbres et de petits arbustes dans mon jardin :
biodiversité + baisse des températures quand vous êtes dessous (oui, parce que pour l'instant, on peut pas dire que leur feuillage puisse permettre un résultat.. global..).
  • Je plante plein d'arbres autour et contre ma maison
on mise sur la fraîcheur générée par la végétation pour réduire notre utilisation de la climatisation. Jusqu'à présent on a pas, évidemment, réussi à l'éliminer, mais la maison est drôlement plus fraîche qu'il y a 3 ans. Je pense pas d'ailleurs qu'on puisse l'éliminer totalement, mais l'utiliser pour rafraîchir une pièce à 29° c'est déjà mieux que pour une pièce à 31°.. on progresse lentement, mais on progresse. Et puis les plantes vont pousser, ça sera plus frais chaque année !
  • Je multiplie allègrement tout ce que je peux
la plupart des plantes qu'on a achetées et dont je laisse quelques fleurs se transformer en graines, ou simplement je fais des essais par boutures, et je diffuse, j'disperse, j'ventile... enfin, je distribue tout autour de moi, je refile mes petits plants à qui veut (là je suis submergée par la menthe, les malas madres (chlorophytum me semble-t-il), les durantas, les peupliers, les manguiers.. bref)

  • Je profite de la haie de bambous du jardin pour fabriquer des trucs et bidules
(des mobiles, par exemple, mais aussi faire les bordures de mes plantations, des tuteurs idem, etc.). Et en grande quantité, suite à la construction de notre mur périmétral, pour faire des pergolas et gagner là aussi en fraîcheur.
  • J'ai en prévision de stocker pour réutiliser l'eau de pluie et l'eau de vidage de la piscine
c'est l'intention qui compte...non?? Bon, le réservoir est déjà enterré (notre ancien réservoir d'eau chaude, qu'on a changé pour un plus petit et... sans amiante), manque plus que faire la connexion depuis la piscine.. et pour l'eau de pluie.. j'ai aussi l'intention d'acheter un bidon de 200 l à cet effet... Bidon qui ne sera pas, cette fois-ci, de chez Elf, une fois ça suffit. Paraît qu'ils font les mêmes pour transporter la graisse bovine.. c'est tout aussi gras, mais mieux..
  • J'utilise un super insecticide / fongicide à base d'ail et d'alcool... dont voici la recette :
5 gousses d'ail,
500 cl d'alcool,
500 cl d'eau.

Mixez, filtrez et gardez au frais. Pour l'utiliser, diluez 1 part de produit dans 5 parts d'eau et pulvérisez le feuillage ou le sol.
Si vous le voulez plus puissant, faîtes bouillir 5 piments forts dans 2 litres d'eau et laissez réduire de moitié. Utilisez cette eau pimentée en remplacement de l'eau claire dans la préparation avec l'ail (merci Jardinage.net pour le coup du piment ).
C'est simple, facile à faire.. et votre jardin sent l'aïoli pendant un petit moment...
  • Je fais mon compost. Et du purin de pissenlit.
J'ai aussi dans l'intention de tester la décoction de lavande, qui doit être quand-même plus sympa que le pissenlit..
  • J'ai mis des bouteilles d'eau dans le réservoir d'eau des toilettes...
histoire que ça soit pas Niagara à chaque fois que je vais faire pipi.. Et j'ai aussi l'intention de caser quelque part des toilettes sèches, mais je calcule encore mon affaire sournoisement.. L'homme n'est pas très chaud, ça se voit qu'il a jamais fait popo dans les toilettes de Concordia !

Bon, à peu près mes petites limites quant à ce que je fais avec mes petites mains et mes petits moyens pour mon environnement. Y'a encore pas mal de choses que je voudrais améliorer, mais petit-à-petit on y vient.
Quelque chose que j'aime bien, et qui est le résultat du hasard :
l'évacuation de nos eaux de cuisine se fait direct dans le jardin (ah... le Tiers-Monde). Pour les toilettes on a quand-même une fosse. Bref, les eaux de cuisine sortent dans la bambouseraie. Bambouseraie que je souhaite agrandir et diversifer, vu que j'ai lu que certaines stations d'épuration des eaux utilisent plusieurs variétés de bambous pour traiter les eaux usées.. pas mal...


En attendant, révisez vos bases :
Instructions pour les jardins potagers et fruitiers (1690) :
De là, remettez-en une couche, pour les bases :

"Le sol est la base sur lequel un jardin sain est bâti. Bien que nous pensions aux plantes elles-mêmes comme étant les éléments vivants du jardin, la terre et ses organismes sont également vivants. Les vers de terre aèrent le sol, contribuant ainsi à la santé des plantes. Les micro-organismes décomposent les déchets des plantes, recyclant les éléments nutritifs dans la terre.


Vous devez apprendre à connaître votre terre. Vous pouvez faire tester votre sol (contactez le bureau du ministère de l'Agriculture de votre région), et vous pouvez aussi en apprendre beaucoup en promenant vos doigts dans la terre. Prenez une poignée de votre terre de jardin et comprimez-la. Reste-t-elle compacte ? Si oui, vous avez une terre avec une bonne quantité de matières organiques. S'effrite-t-elle ? Si oui, vous devriez y ajouter plus de matières organiques -- sous forme de compost.


Un drainage adéquat de la terre est aussi très important pour la santé des plantes. Un simple test d'eau vous en dira beaucoup sur la qualité de drainage de votre sol. Creusez un trou d'environ un pied de profondeur et remplissez-le d'eau. Si l'eau s'évacue instantanément, vous avez une terre sablonneuse qui ne retient pas l'eau suffisamment pour le besoin des plantes et vous devrez améliorer la qualité de la terre. Si l'eau prend plus de temps à s'évacuer, disons une demi-heure, alors le drainage du sol est correct. Et si cela prend une heure ou plus pour que l'eau s'évacue, vous avez un sol argileux et vous devrez en améliorer son drainage. Pour les deux genres de terre, sablonneuse ou argileuse, la meilleure façon d'améliorer le drainage est d'ajouter beaucoup de compost -- travaillez-le dans la terre au printemps et ajoutez en une couche de surface en été et en automne.


C'est une bonne idée de définir si votre sol est acide, alcalin ou neutre. L'acidité est mesurée selon une échelle pH et vous pouvez vous procurer une trousse pour tester le pH de votre terre dans un centre de jardinage ou vous pouvez envoyer un échantillon de votre sol à un laboratoire pour le faire analyser (contactez le bureau du ministère de l'Agriculture de votre région). Le fait de connaître le pH de votre sol vous aidera à sélectionner les plantes appropriées à vos conditions -- certaines plantes ont besoin d'un sol acide, d'autres ont besoin d'un sol alcalin et d'autres encore préfèrent un sol neutre -- choisir les plantes adéquates pour les conditions de votre jardin est important pour la santé d'un jardin organique.


Un examen du sol fournira également de l'information sur le contenu en éléments nutritifs de votre terre. Toutes les plantes ont besoin de nutriments pour leur croissance, plus particulièrement de l'azote, du phosphore et du potassium. (Ces éléments nutritifs sont graduellement libérés en décomposant les déchets des plantes -- par exemple, les feuilles mortes qui tombent à terre en automne redonnent les nutriments à la terre en se décomposant.) Si l'analyse de votre sol révèle une déficience en nutriments, ajoutez de l'azote, du phosphore et du potassium des sources organiques suivantes :

  Azote : poudre d'os, farine de sabot et de corne, farine de colza.

  Phosphore : poudre d'os.

  Potassium : cendre de bois, farine de varech.



L'échelle de pH va de 0 à 14. Un sol avec un pH de 7 est neutre ; moins de 7 représente un sol acide; plus de 7, un sol alcalin. La plupart des plantes prospèrent bien aux alentours de 6.5 pH."


Demain, on passe à l'action.

Publié dans l'environ ne ment

Commenter cet article

sab 01/03/2009 15:20

Et zou ! une pétition pour la reconnaissance des PNPP, alternatives aux pesticides de synthèse.

sab 01/03/2009 13:51

J'avoue être fière quand je pense qu'on a commencé par couper 8 arbres du jardin (Daniel avait commencé avant..).. je suis personnellement responsable de l'anéantissement de... 4 d'entre eux. Je sais c'est mal. Mais on s'est rattrappés et on a replanté environ 40 arbres. Je sais c'est bien.Mais quand je lis ce genre de nouvelles où on m'annonce que ça coupe de partout des arbres centenaires, ça me démoralise un poil... (on ne parlera pas ici de l'Amazonie, hein, on va pas s'énerver c'est dimanche, mais ça le mériterait bien) :
En Finlande, des associations environnementales, dont Greenpeace, accusent la compagnie Stora Enso d’utiliser des arbres de Laponie, âgés de plus de 300 ans, pour les réduire en pâte à papier. Stora Enso, n°1 mondial de la production de papier, aurait effectivement acheté des stocks de bois en provenance de forêts appartenant à l’Etat finlandais contenant des arbres pluri-centenaires. Les grands conifères et les bouleaux qui peuplent les dernières forêts anciennes d’Europe sont les piliers de milieux abritant une rare biodiversité et ultimes refuges septentrionaux pour de nombreuses espèces menacées. Outre l’intérêt écologique des forêts boréales, elles sont également, en Laponie, un élément majeur du territoire des Samis, un peuple d’éleveurs de rennes, indigène du nord de l’Europe. Et, alors que les associations de défenses de l’environnement s’insurgent devant leur exploitation, s’il en est, pour produire du papier, la directrice régionale de Metsähallitus, une entreprise d’Etat gérant les espaces forestiers, déclare à l’AFP que 'les forêts en question sont des forêts commerciales. Il ne s'agit pas de forêts indispensables'. En Finlande, 76 % de la surface du pays est couvert de forêt, et la production de bois représente à elle seule un cinquième des exportations du pays. D’après la Copacel (1), en 2006, 12,8 % des importations des papeteries françaises était en provenance des forêts finlandaises et pour Stora Enso, le secteur de l'édition en France reste un important client. Ainsi, le papier des dépliants publicitaires, des journaux ou magazines que nous avons chaque jour entre les mains provient peut être de pins ou sapins de ces forêts anciennes …
Elisabeth Leciak

1- Confédération française de l’industrie des papiers, cartons et celluloses
in:http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3612

sab 23/02/2009 14:38

Allez, pour pas avoir à acheter des cache-pots (traités, chers, etc.), on peut piquer quelques palettes alentour pour en créer soi-même..:http://www.espritcabane.com/jardin/bac-palettes.php

sab 23/02/2009 14:35

Faites-vous des amis (ailés).. :http://www.espritcabane.com/jardin/mangeoire-graines.phpCet hiver, je teste.. me demande quand-même s'ils ne vont pas en arriver à se tromper et me picorer mes fruits l'été prochain.. on verra !