Production oléicole à Catamarca

Publié le par sab

    Je vous ai déjà dit que Catamarca est un gros producteur d'huile d'olive au niveau national, dont la majorité part pour l'export. Je vous parlerai aussi de la mine dans la Province, plus tard, mais je voulais juste préciser cette histoire des oliviers à Catamarca, sans vous en faire un roman..
alors voilà :
"
Au début des années 90, les principales provinces productrices étaient Mendoza, San Juan et Córdoba, qui constituaient à cette époque près de 80% du patrimoine oléicole argentin (23.500 ha sur un total de 29.600 ha de plantations traditionnelles).
Ont donc été incorporées au circuit de production les vallées arides de La Rioja, Catamarca et San Juan, zones caractérisées par une pluviométrie inférieure à 300 mm par an, des vents forts, des phénomènes d’érosion et une absence d’infrastructure électrique et routière.
À la fin de l’année 1998, le pays disposait d’environ 71.000 hectares engagés pour la plantation d’olivier, dont 70% correspondaient à des variétés d’olives à huile ou à double aptitude et 30% à des variétés d’olives de table.
(...)
Une zone composée des provinces de Catamarca et La Rioja, caractérisée par de grands investissements associés à des projets industriels ; (...)
Pour résumer, on peut dire qu’à l’heure actuelle les provinces de Catamarca et La Rioja, situées dans le Nord-ouest argentin, constituent le principal axe de production oléicole (54,5% du total de la superficie en 2000), avec Mendoza et San Juan (34,2% du total). La superficie oléicole totale peut-être estimée en 2006 à 99.000 ha. À cette superficie devrait s’ajouter près de 10.000 ha à planter prochainement par des investisseurs espagnols. (...)
Le secteur de la transformation
(...)
La plus forte croissance de la capacité installée concernera la province de Catamarca, où l’on prévoit une multiplication par trois de la capacité globale. Cette province deviendra ainsi le principal centre de production d’huile d’olive en Argentine alors que jusqu’à présent, il s’agissait d’une région « critique » en raison du rapport inadéquat entre production et capacité de broyage. (...)

Lex extraits sont tirés de :
http://www.internationaloliveoil.org/downloads/economia/argentine-fr.pdf

Publié dans social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sab 30/09/2008 13:41

Je devrais aussi préciser qu'en étant je crois le 5e producteur mondial, l'Argentine n'est pourtant pas le royaume de l'olive. A Catamarca, toute la production part pour l'étranger, à peu de choses près. Résultat : on trouve de l'huile à prix d'or, et des olives itou. Y'a une certaine logique dans le capitalisme : si je peux me faire un paquet de thunes chez les riches, pourquoi je vendrais moins cher un produit aux locaux ? Soyons raisonnables, on voudrait pas perdre de l'argent quand-même...