Laguna Blanca : fin des relevés !

Publié le par sab


Voilà, les dernières nouvelles, pas si fraîches que ça mais enfin.. : on a refait une campagne à Laguna Blanca fin février-début mars, toujours de relevés, et toujours sur la Aldea Laguna Blanca, soit les anciennes agglomérations (toutes périodes confondues). Principalement des terrasses de culture, de ce genre-là :

sauf que celle-là, evidemment, elle est actuelle, et les petits machins verts à l'intérieur c'est probablement des plants de pommes de terre. Les nôtres, c'est pareil mais en moins bien. Enfin, donc des terrasses de culture, et des "puestos", soit des habitations saisonnières utilisées par les paysans, d'aujourd'hui et antiques, lorsqu'ils viennent travailler loin de leur maison, ou tout simplement pour y garder leur matériel, pouvoir y manger voire y faire une petite sieste à l'abri du vent et du soleil. Egalement des sites d'habitats, composés d'un regroupement d'enclos circulaires : un grand espace à ciel ouvert (patio) sur lequel s'ouvrent plusieurs autres plus petits et couverts qui constituent les habitations. Le patio sert de lieu de travail commun (pour moudre les graines, etc.). Parfois des tombes, dans n'importe lequel des enclos. Généralement les tombes sont pillées, et isolées à flanc de montagne. Un anthropologue allemand est venu dans les années 20 et a ouvert plus de 100 tombes... connaissant
les méthodes du début du siècle passé c'est franchement dommage. Enfin, ça et ce qui aura pu passer au travers de ses mailles et si possible de celles des pilleurs vont constituer mon objectif pour les prochains mois, voire prochaines années.















Pour être sérieux : illustration de Guaman Poma de Ayala, Nueva Corónica y Buen Gobierno (1615) : entierro de los Collasuyos. Illustration d'un enterrement inca, période post-contact.

Avec cette campagne on a terminé de relever le gros de la zone Laguna Blanca, il nous restera pour mai à refaire un bon râtissage pour voir ce qu'on a pu oublier, logiquement de petites structures, styles paravents, éventuellement tombes, et pièges à renards qui ressemblent à ça :

Le système du piège à renards est très simple et me fait penser aux pièges à oiseaux : c'est une petite structure de pierre, allongée, avec une espèce de canal ménagé à l'intérieur et évidemment une petite porte d'entrée (qu'on voit ici sur la photo). Une bonne grosse pierre est placée en équilibre soit au-dessus de la porte, soit au-dessus du canal : quand le renard entre et fait bouger la pierre pour attrapper l'appât, soit la pierre, voire toute la structure lui tombent dessus, et c'en est fini du renard, soit la pierre vient boucher l'entrée et le renard est emprisonné. Vous aurez donc compris que : 1. le piège est à usage unique, et 2. celui de la photo est tout neuf !
  Ça paraît sans importance, ou bien ordinaire, d'avoir terminé les relevés.. heureusement qu'on est pas les seuls à terminer nos relevés..!! mais il faut préciser que ça fait plus de 10 ans que Daniel a commencé à relever des structures dans toute la région. Tout de suite, ça prend une autre dimension : c'est une énorme page qui se tourne !!

La lagune (toute sèche, et blanche, c'est une lagune salée) qui donne son nom aux lieux, et la végétation (toute sèche) : une photo de l'hiver dernier (juin).

Le premier jour de la campagne, sur le point de partir au boulot, arrive un 4x4 au musée, et descendent Doña Rosa et deux inconnus fortement allemands (c'est-à-dire, bien dans notre stéréotype de l'allemand : grands et blonds) : deux botanistes étudiant la flore de la Lagune en particulier, et de la puna en général. D'où une petite classe de groupe pour nous faire une représentation non-exhaustive des variétés existantes dans le Parc botanique du musée, avec la gracieuse et malodorante présence de notre ami le lama-chien (élevé dans le village et qui n'a pas encore intégré le fait que personne ne lui lancera la baballe) :



On en a profité pour voir l'avancement des travaux dans la nouvelle aile du musée, qui doit être inaugurée pour la fête de la Pachamama (1er août). Du coup on a prévu de revenir en mai histoire de commencer à faire les finitions, aménager les nouvelles salles, peindre, etc. Et on a prévu une super liste de tout le matériel nécessaire pour remplir les salles (le labo, la bibliothèque, le dépôt), pour demander gentilment à Monsieur le Recteur de la thune.. Bref, tout avance bien, on est maintenant sur les plans des mesures qu'on a faites, l'informatisation des fiches, etc. Et on exploite nos étudiants de première année pour faire le marquage de la céramique qu'on a sorti, on fignole les plans pour voir les co(q)uilles qui s'y sont glissées (bah, on peut le dire : les erreurs de relevé qu'on a pu faire).

Ici tout suit son cours aussi, l'année scolaire a recommencé, et je me suis mise au français, et à l'archéo, un peu. L'automne arrive doucement, les nuits sont fraîches, les papillons sont entrés en transhumance et on a attaqué la piscine.. dommage on s'y baignera pas encore cette saison. Le pamplemoussier ploie sous le poids des fruits, et ils sont drôlement sucrés. Enfin, on est bien quoi.
Et j'en profite pour fêter mon centième article : olé !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

delphine 19/05/2008 09:53

C'est vraiment magnifique et très instructif.

sab 19/05/2008 14:13


Merci !! C'est que je voudrais réussir à faire pour ce blog en général : vous montrer comme c'est beau, et faire passer ce que je sais, ce que j'ai appris, ce qu'on m'a raconté, ce que j'ai lu...
enfin, apprendre et s'intéresser à ce qui nous entoure !!