Catamarca, le retour

Publié le par sab


enfin, le passage..

Me voilà de retour au pays, après une petite inspiration boliviennne aux airs électifs. Et donc, on retrouve ses petites habitudes, et mes dessins qui me poursuivent même la nuit. J'ai bon espoir de m'en débarrasser bientôt. Pour le reste, on s'apprête à faire un autre petit tour à Laguna Blanca pour la fête de la Pachamama le 1er août, et de là, encore quelques temps et on ira s'occuper du cas Vesubio à Buenos Aires. Du peu que j'en ai compris, ils ont pris beaucoup de retard, et je crois que c'est pas faute d'énergie.. il y a beaucoup de résistance en face. Bref, je vous donnerai donc de nouvelles images de la laguna, où on va mourir de froid puisque nous sommes en hiver à 3.600m..bon, le bon côté c'est qu'il doit sûrement y avoir une très belle lumière. Et puis ça sera l'occasion de rencontrer, enfin, de la vigogne. L'avantage de Catamarca, qui se change en désavantage en été, c'est qu'au milieu du désert il fait vraiment pas froid en hiver. La semaine dernière on a eu des jours à plus de 25°..et ça, c'est cool !

On se voit bientôt.

Publié dans ma vie - mon œuvre

Commenter cet article

Mirko 03/04/2008 16:47

1. Le vendredi 28 juillet 2006 à 16:41, par mirko

encore des reves... les photos, les lettres du blog faisant partie desormais d'une livre des voyages et de... travail! des fois les images passent, les paroles aussi, des fois pas, sont commes des lettres qui viennent depuis des annèes d'un continent perdu... sais pas si c'est mieux la première où la deuxième... je rigole! ici, l'ancien continent, toujours plus stupide, et pas unis, on regarde les bombe a beirut et tiro, katiuscia dans haifa, e l'envie des italiens de faire belle presence dans les negociacions... force multinationale, l'onu va disparaitre, les soldats reviennes avec les drapeaus des differents pays, tous ensemble à l'intervention... pas facile pas facile, mais en italie est plus interessant , comme tjs, regardes l'hèsite du processus aux societè de football , le destin d'une equipe, le destin d'un pays... LAguna Blanca, c'est mieux retrouver iberneès les traces d'une differente façon de concevoir l'etre humain. ciao ciao