Bye bye Rumania

Publié le par sab


Encore une photo de notre oeuvre, parce que, quand-même, ça nous a pris près de 3 semaines pour en arriver à ce résultat-là... 3 semaines de bonne boue, et de remblais.. plein de remblai. Nos petits mineurs ont bien pris soin de nous, et accessoirement nous ont dégagé la plus grosse partie de l'escalier et du puits, grâce à un treuil installé au-dessus du puits 100. Pour le reste, on a décapé, éclaté, marteau-piqué, évacué, astiqué, nettoyé (casa toujours pimpante..) brossé, rincé, photographié, perforé, relevé, insulté cette saloperie de galerie de m.. où on s'est gelées, trempées, cognées, coincées, énervées, etc.. En résumé et pour faire simple, pas plus.

Pour le reste, les commerces du village (surtout le bar, maintenant qu'on en parle) de Rošia Montana ont vu augmenter leurs bénéfices considérablement pour une période hivernale.. Nous étions logés en haut du village, dans une maison refaite à neuf pour nous, avec chambres isolées, individuelles (une pensée pour Claude, condamné à vivre hasta siempre avec Claudiu) et chauffées au poêle à bois...ambiance saucisse fumée, mais chaleur assurée. Pour les repas, deux cuisinières et une bonne cuisine.

 


On a également profité du club réservé aux employés de la world company, où on a pu jouer au billard et au ping-pong, et du club internet gratuit pour les jeunes du village.

 

 

Somme toute un bon accueil, auquel on ajoutera la tuica, eau-de-vie locale, fournie très régulièrement par les mineurs. Et puis le lard grillé sur le poêle du réfectoire, version Mac Roumania...

La page Roumanie se tourne donc, plus tôt que prévu mais non sans soulagement, pour s'ouvrir sur un deuxième chapitre Argentine qui je l'espère, et malgré les mauvaises langues, durera le plus longtemps possible. Autant dire tout de suite que je préfèrerai crever sous un pont argentin que revenir en France. Invitation à peine voilée à venir me visiter quand l'envie vous prendra...!

Hasta pronto !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article