Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vie

Publié le par sab

Et quoi ?
La vie n'est pas BELLE. La vie EST. C'est à nous de la rendre belle, profitable. Partant de là, il est difficile de ne pas être heureux : provoquons le bonheur, allons à la recherche de la beauté. Le bonheur est un jardin qui se cultive et s'entretient. Le bonheur c'est aussi et avant tout un état d'esprit : concevoir le bonheur dans sa vie c'est déjà être heureux. Le bonheur ne tombe pas sur le monde, le bonheur se prend.

" Je ne crois pas au bonheur permanent parce que rien n'est permanent, parce que les conditions d'asservissement dans lesquelles nous vivons [...] nous voilent le vrai sens des êtres et des choses.

Alors, à ceux que j'aime, je donne tout ce que j'ai. Mes larmes [...] qui racontent la misère des femmes, des arbres et des chiens. Ces femmes qui parfois fabriquent des poètes ; ces chiens prêts pour les derniers baisers. Je te donne cette vertu rigide qui, défaite et soumise, s'en va prendre le dernier train du vice et te conduira [...] vers les planètes bienheureuses où les larmes ne coulent plus [...]. Je te donne l'incroyable que tu prendras dans tes mirettes comme la plus belle histoire à ne pas croire. Je te donne une brosse à caresser l'ennui. Personne ne saura jamais que c'est à toi, que c'est à nous. Personne que toi et moi parce que tu es moi, parce que je suis toi, parce que ce que je te donne n'appartient qu'aux couleurs, aux oiseaux, au vent qui verdit de détresse en passant sur les blés encore verts, à la mer qui rougit tout là-bas d'un chagrin de cavale, aux marins qui ressemblent aux enfants de la mer, aux parfums des matins froids quand tes poumons se vident la nuit, à la musique des portes qui ne se fermeront plus tant que ton ombre y passera, aux passions des insectes, aux araignées qui font de la soie, aux fleurs des champs comme un vitrail de la nature, aux allures du soir sous un fanal tout vert pendant que la putain dit son bréviaire virginal, aux enfants qui s'adorent dans les yeux des persiennes.

Nous sommes demain [...] et demain c'est l'électricité dans le cœur, sur les lèvres des filles qui t'électrisent et te délaissent, dans l'horreur même, dans les hommes qui mangent la foudre, dans ces riens de la vie qui te font mal si tu les touches, dans cette mémoire de la Révolte toujours actuelle, présente, et qui coule dans nos veines, dans cette musique qui ressemble au fracas du silence. Nous avons tué nos chagrins depuis longtemps pour nourrir des fantômes. Notre vie ne tient plus qu'à une idée de vie.

Il n'y a de beauté que dans le malheur. Je te laisse cet hier que tu racontes, je te laisse demain. Je te laisse l'amour qui se donne et se fait, qui s'enchante au bout de la tristesse. Demain, c'est l'Amour. [...]

Le bonheur ne se donne pas, il se prend. C'est un hold-up permanent. Ceux que j'aime n'ont pas le droit d'être malheureux. Prend-le, sois heureux ! [...] Sois heureux, toujours ! Dans les mots que l'Amitié referme sur la nuit [...]. Je T'Aime ! " (L. Ferré)

Le bonheur s'offre aussi. Distillons, distribuons le bonheur.

Finalement l'optimisme du monde repose sur la bonne volonté des gens. Etre optimiste, rechercher et donner du bonheur devraient être un art de vivre universel obligatoire !
Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Publié dans Pensées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article