Un buen encuentro

Publié le par sab


J'ai d'ores et déjà fait ici une belle rencontre, outre celle de Pablo,. Ma rencontre avec Daniel s'est avérée, conjuguée à l'effet Pablo, décisive. Malgré cette barrière que peut représenter une communication hasardeuse, je veux dire, de ma part, nous en sommes venus à parler société occidentale contemporaine, et archéologie bien-sûr, très exactement de l'éthique en archéologie funéraire. Il me paraît tout-à-fait sidérant que, ne possédant qu'un vocabulaire hyper-limité et mélangeant ça à une sauce très peu comestible, nous arrivions à aborder de tels sujets. Rendons hommage à la patience de l'ami Daniel, pour décortiquer et reformuler mes phrases aussi bien que pour, lui, exprimer des idées complexes en des formulations simples. Une belle rencontre, vraiment.
Nous avons en fait beaucoup ri du fait que les gringos en 4x4 débarquaient dans cet hôtel du Salar avec quasiment toute leur maison... et nous imaginions qu'ils avaient très certainement casé leur télé dans un coin du sac, pour ne pas dire dans un coin de la tête (je ne parlerai pas de cerveau par peur de trop...m'avancer)... Pour revenir chez eux et dire "j'ai fait le Salar", comme un tableau de chasse vide de vie, fait de têtes coupées figées pour une demie éternité. Une expérience à conserver dans du formol... Attention, expérience en voie de décomposition ! Ne pas ouvrir !
Rigolez, on peut appeler ça fatalisme, désillusion, voire misanthropie, ce me semble réalisme amer.

Ici plus encore que là-bas, derrière l'océan, je travaille ma solitude au corps. J'alterne bains populaires, à Sucre et toute cette agitation frénétique que sont les multiples bus, la populace en sempiternel mouvement, les cireurs de chaussures, vendeurs de jus d'oranges et autres friandises, jongleurs de rue, élèves en uniformes, paysans-mendiants (sans chevaux), empaqueteurs de bons sentiments pour bons touristes..., et négation populaire.

"Je hais la foule (...). Je la hais (...). Je m'en arrange et, bien mieux, j'y renforce ma solitude." (Ferré)

Publié dans ma vie - mon œuvre

Commenter cet article